Index Silver Screens
Silver Screens - Le forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   ConnexionConnexion 

Le Kinopanorama - Reynald Bassi présente - Chptre 14
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Silver Screens Index du Forum -> Salles - vos articles
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Mar 06 Sep 2005 16:25    Sujet du message: Le Kinopanorama - Reynald Bassi présente - Chptre 14 Répondre en citant

"Pierre Pinton aux commandes, avec Reynald Bassi"


1 - La situation fin mars 1974 et la remontée.

Quand le contrat entre UGC/UFIDEX et la SA Splendid de Pierre Pinton vient à terme en mars 1974, Pierre Pinton s'associe verbalement* et à titre précaire avec un réalisateur de film; Rinaldo (Renaldo ou Reynald) Bassi. La salle est rendue par UGC dans un état lamentable et plus rien ne fonctionne. Les HP frontaux sont grillés, les amplis ne fonctionnent plus ou presque, les fauteuils de l'orchestre sont parfois cassés, etc... Ayant vécu cette période, je peux témoigner que le Kinopanorama était franchement une épave. Pierre Pinton a son projet de "Picquet-Club", centre commercial, drugstore et cinémas. Il laisse M. Bassi tenter son idée et sa chance, à faibles frais; proposer au public de voir un film dans des conditions techniques irréprochables. Pour cela, entre 1974 et 1975, la régie est totalement remise à niveau, les amplis sont réparés et reçoivent une équalisation plus fine (bof!), les HP sont réparés ou changés. Les ambiances sont à peu près en état et restent d'origine, les voies de l'écran ont onze éléments qui sont grillés. Les gens de LOMO, créateurs du système d'origine, disent ne plus avoir les pièces pour cet équipement et les voies HF doivent être changées à l'écran pour un système Electro-Voice "Sentry IV-B". Ce système, de qualité assez correcte, consiste en un boîtier "filtre passif" et un médium 1824 M à compression avec son pavillon plus un moteur+pavillon aigu ST 350-A. Pour moi, ce n'est pas significativement supérieur au système KINAP soviétique (j'ai fait l'essai), mais comme il n'y a plus de pièces...


Pour la petite histoire, les gens de LOMO m'offriront à l'occasion d'un voyage en Russie en 2002, 25 membranes neuves pour les moteurs et autant pour les boomers ainsi qu'une caisse pleine de pièces datant de l'époque du Kinopanorama, dont deux têtes 9 pistes ! Le transport m'a coûté plus cher que le repas offert à mes amis de chez LOMO ! M. Bassi avait probablement mal demandé ou la DIC avait laissé une grosse ardoise à LOMO! . La salle est aussi cosmétiquement revue, quelques mois après, avec changement des fauteuils de l'orchestre par des modèles "Club" en skaï blanc. Le balcon et la corbeille restent inchangés. Cela réduit la capacité de la salle à 620 places, mais la vision et le confort sont largement en progrès à l'orchestre. Le choix du skaï nous vaudra d'énormes plaintes en été; la salle n'était pas conditionnée, mais possédait seulement un dispositif d'air pulsé. Pendant un film comme "Autant en emporte le vent", il fallait parfois décoller les jupettes des dames/demoiselles des fauteuils ! Scènes vécues et parfois cocasses...



L'orchestre refait avec l'avant-rideau de l'écran baissé


Il est temps de présenter Reynald Bassi; la personne étant encore vivante et en activité, certains détails ne seront pas mentionnés. Né le 12 décembre 1940 à Asnières, c'est un technicien, extraordinairement doué en électronique (je crois qu'il a fait les A & M) et un réalisateur de films TV et cinéma. De mémoire, il a fait un court métrage pour l'armée, puis deux films pour cinéma:


- Un merveilleux parfum d'oseille (1969) (IMDB)
- Pourvu qu'on ait l'ivresse (1974) (IMDB)

Il découvre le Kinopanorama pendant une projection de "Crime et Châtiments" et persuade Pierre Pinton de le laisser réaliser son projet. Les deux familles se rencontrent, leurs deux épouses sympathisent (José et Josette!), donc on y va. Comme souvent avec Pierre Pinton, il n'y a pas ou peu d'écrit, sa parole suffisait. On "rend" quand même le personnel qui appartenait à l'UGC (dont l'ancien chef opérateur de "l'Empire", M. Hubertin) et ils ne gardent que la "vieille équipe" issue de la DIC (Marcel Chomis - adjoint, Bruno Djardali - cabine, Andrée Hannig - caisse). De petits jeunes arrivent pour des remplacements plus ou moins longs, dont l'auteur de ces lignes! Diverses formules sont essayées, dont celle du 20 mars au 11 avril:

- en matinées (3 séances) un festival de dessins-animés autour de "Titi"
- un grand film en soirée ("Bonnie and Clyde", "Easy Rider", "Lawrence d'Arabie", "Délivrance", etc...)


Copie du premier programme


Ce premier programme donnera, du 20 mars au 11 avril inclus 16 013 payants; pas mal en tout cas largement mieux qu'UGC ! Cette formule fonctionnera jusqu'au 15 avril, où la salle prend le 18, après relâche pour travaux, "2001" jusqu'au 21 Mai. Tenez-vous bien, le film fait 31 803 entrées, avec plus de 7500 spectateurs certaines semaines ! Ce n'est pas mal pour une salle moribonde et R. Bassi semble avoir trouvé comment programmer le Kinopanorama. Suivront le même type de programmes que les premier, mais il n'y a plus les matinées enfantines; un film par jour et autant de séances que possible. Sans être exhaustif, on peut citer "Patton", "Le tour du monde en 80 jours", "Cabaret", "Love". Suit le "Festival des sons" axé principalement sur "The Elvis Show", "Woodstock" et "Grand Prix" jusqu'au 2 juillet 1974. Parfois, le film est annoncé en 70mm et ce n'est que du 35mm, on voit surgir des publicités étranges avec "le Kinopanorama et ses 35 prééqualized stéréophonic (sûrement mais quoi ?)". Et toujours, "Grâce à Reynald Bassi...", "Reynald Bassi présente..." ou parfois "Reynald Bassi et Pierre Pinton... (notez l'ordre)". Pierre Pinton s'en fiche, cela fonctionne et les comptes présentés commencent à sortir du rouge. A partir du 3 juillet 1974, ressort "Orange mécanique" pour 3 semaines, puis à partir du 24 de nouveau 4 alternances ' ("Exodus", "Oliver", "La Bible", "Hello Dolly") qui finira les vacances d'été. Le 29 août sort "Music Lovers" jusqu'au 24 septembre, puis "Portier de Nuit" jusqu'au 1er octobre. La salle ferme quinze jours pour travaux et changement des fauteuils de l'orchestre, on refait aussi les peintures et on neutralise la vieille console qui servait pour le Kinopanorama. La salle rouvre le 16 octobre avec "Kid Blue" pour cinq semaines (23 086 entrées, une moyenne de plus de 4600 entrées hebdomadaires). On poursuit le 20 novembre avec une reprise de "L'aventure du Poséidon" pour 5 semaines ( 21 614 entrées) et on prend à partir du 24 décembre, "Lawrence d'Arabie" (plus de 8723 entrées sur 21 séances la semaine entre Noël et le nouvel an). Depuis mars 1974, la salle est très largement remontée et enregistre depuis sa reprise le score honorable de 170 400 entrées en 38 semaines; cela la classe en 33 ième position des salles Paris et périphérie, avec une moyenne hebdomadaire de 4418 entrées payantes. Alors, 1975 doit encore être meilleure !





Si quelqu'un me trouve ce que sont les "35 prééqualized stéréophonic", il gagne une sucette !


2 - 1975 ou la fausse "bonne année".

On poursuit "Lawrence d'Arabie" jusqu'au 19 février 1975 (totalisant 49 756 spectateurs entre décembre 74 et février 75). R. Bassi commet sa première grosse erreur de programmation; il prend le film du Magic Circus "Le boucher, la star et l'orpheline" en contrat ferme sur 4 semaines. Bilan: 9557 entrées et la société qui produit/distribue le film passe en faillite. La programmation revient au plus classique avec une reprise en 35 magnétique du "Voyage au centre de la Terre" (28 781 entrées sur 4 semaines), puis "La horde sauvage" (11 491 entrées sur 3 semaines). Suit une reprise du "Jour le plus long", de mémoire en 70 mm (16 115 entrées en 4 semaines), puis "Moulin Rouge" qui sera un bide (4864 entrées en 3 semaines). Alors on reprend les mêmes et on recommence avec "Lawrence d'Arabie" du 25 juin au 12 août (25 564 entrées soit 3652 entrées moyennes hebdomadaires). On ferme la salle pour travaux du 13 août au 3 septembre 1975, puis on reprend avec "Tommy" (15 218 entrées en 4 semaines). Comme R. Bassi est un homme de technique, on loue et fait venir de Clermont Ferrand un décodeur et les enceintes pour passer "Tremblement de Terre", en 70mm Sensuround du 1er au 28 octobre 1975. Puis c'est une idée géniale: on ressort "West Side Story" à partir du 29 octobre 1975 jusqu'au 16 mars 1976. Je ne vais pas tout dire, mais tout dans la publicité est mensonger.




G. Chakiris vient au Kino pour la reprise de West Side Story - Déc. 74

- Le Film a déjà été passé à l'Empire en 1967 sur un écran Cinerama donc ce n'est pas une première;
- 70mm - 6 pistes: disons parfois oui, parfois non; la copie 70mm était si fatiguée que très souvent, vers la fin de l'exploitation, il fallait passer la copie 35 mm scope magnétique donnée par le distributeur en secours. Un dessin animé était en avant-programme; c'était " Pinky et la baguette magique".


Au total, le film totalisera 88 910 entrées sur 1975.


3 - La rupture Pinton-Bassi.

Mais les relations entre P. Pinton et son programmateur ne sont pas au beau fixe. Si l'exercice 1975 fait 251 872 spectateurs, les pertes se chiffrent à 153.430,75 F. Comme M. Rinaldo Bassi est vivant et que l'affaire a fait l'objet d'une action en justice, je me limite à dire qu'un différent "artistique et commercial" existe entre les deux associés. R Bassi se retirera du Kinopanorama le 26 mai 1976, même si l'on retrouve encore son nom pour quelques films. Il ouvrira peu après le Broadway, basé sur un système mis au point par Jules Hourdiaux**, qu'il "empruntera" et baptisera SpacioVision (by Eagle Company Paris). Sur 1976, West Side Story terminera sa reprise le 16 mars 1976 (total 75-76: 153 575 spectateurs), suivi du "Docteur Jivago" (25138 entrées du 17/3 au 20/4/76) et du gonflage 70mm réalisé pour le Kinopanorama et Galba Films du film de M. Camus "Orfeu Negro" qui fera office très souvent de bouche-trous au Kinopanorama. Sa première sortie donnera 37 133 entrées en 4 semaines. Suivra une re-sortie magistrale de "Autant en emporte le vent", mais Reynald Bassi ne veut plus que son nom figure sur les publicités et le fera savoir par son avocat à Pierre Pinton. Ce dernier se retrouve donc seul à la tête du Kinopanorama.



Invitation à la première d'Orfeu Negro - Pinton est avant Bassi...


J'ai beaucoup d'éléments que je ne peux pas écrire ici. Pour conclure, Rinaldo Bassi aura été LA personne de la résurrection technique du Kinopanorama. Ce n'est pas à négliger, loin de là. Il n'a rien inventé, il a juste permis de tester une recette (qui n'était pas celle qu'il avait au départ) et de prouver que cela pouvait être viable en terme de public. Sa gestion financière reste malheureusement ce qu'elle a été. Avec les mêmes recettes, P. Pinton seul montrera que c'était viable aussi en termes financiers. Son côté "mon nom est partout" fait partie du personnage: on aime ou pas, c'est selon! On retrouvera ce type de profil dans les années 80 au Kinopanorama, avec généralement un bien moindre talent et/ou des compétences beaucoup plus limitées !


A bientôt pour la suite de la résurrection du Kinopanorama, avec Pierre Pinton seul aux commandes jusqu'au "Tambour".


Crédits Photographiques: Association Triple Ecran, sauf indication contraire DR - Reproduction interdite


*: une ébauche de contrat manuscrit, sans date ni signature est dans le dossier dit "AFFAIRE BASSI" des archives du Kinopanorama

**: j'ai dans ce même dossier une lettre poignante de M. Jules Hourdiaux, très malade à l'époque, qui me bouleverse à chaque lecture. René Barjavel et Frédéric Maury lui avaient rendu viste en 1976-77 pour faire un article et voir fonctionner son mini-système à Paris. C'était remarquable et l'on avait une vraie impression de relief, selon eux ! Je la cherche toujours en SpacioVision, mais c'est une autre histoire... Il fallait rendre à ce Monsieur Jules Hourdiaux ce qui est à Jules Hourdiaux et parler de ce génial bricoleur, qui a passé 50 années de sa vie et s'est ruiné en brevets, à travailler sur l'obtention du "relief" à partir d'une image standard.

_________________


Dernière édition par LenKinap le Mar 13 Sep 2005 15:22; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
gabuzo



Inscrit le: 13 Sep 2003
Messages: 39

MessagePosté le: Jeu 08 Sep 2005 18:12    Sujet du message: Re: Le Kinopanorama - Reynald Bassi présente - Chptre 14 Répondre en citant

LenKinap a écrit:
La programmation revient au plus classique avec une reprise en 35 magnétique du "Voyage au centre de la Terre" (28 781 entrées sur 4 semaines)


C'est d'ailleurs le premier film que j'ai vu au Kinopanorama. J'avais probablemetn 6 ou 7 ans et je me rappele avoir vraiment été impressionné par les effets sonores par rapport à ce que j'avais l'habitude de voir dans les cinémas classiques. Je me rappelle aussi clairement avoir été intrigué par le en 70mm sur la pleine page de pub de Pariscope.
_________________
Le cinéma en Lumière !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM Yahoo Messenger
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 505
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Ven 31 Juil 2009 21:31    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai vu "Orfeu negro" le 24 avril 1976 au "Kinopanorama" et j'en garde un grand souvenir; cela ne m'étonne pas d'apprendre qu'il s'agissait de 70mm gonflé, mais votre publicité mentionne clairement un son stéréo et je me rappelle d'un relief extraordinaire dans les scènes musicales. Or ce film a été certainement enregistré en optique et les éditions disque et vidéo sont toujours mono. Comment s'explique ce miracle sonore ?? Merci d'avance.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Ven 31 Juil 2009 23:08    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

Non le son de base était enregistré en magnétique mono pour les parties musicales, les dialogues faits de mémoire en optique Westrex, le tout repiqué en optique en exploitation 35mm. L'auditorium de Boulogne, aidé par les conseils de Rinaldo Bassi , avait fait des miracles pour la spatialisation. En cabine aussi ... car la cabine possédait une grosse table de mixage qui permettait d'envoyer/corriger une voie où l'on voulait. Galba Film avait franchement joué le jeu, cette copie 70mm a été très rentabilisée et existe toujours en assez bon état, même si relativement virée. Je l'ai proposé il y a peu en prêt à la cinémathèque de Paris et ils s'en foutent royalement, pensant que c'est un massacre.

Le grain et le cadrage, c'était quand même assez spécial. Mais cela reste un des deux seuls exemples de gonflages faits spécifiquement POUR et PAR le Kinopanorama (via le Splendid SA), avec le malheureux exemple de Stagecoach qui lui était lamentable. Le Tambour a été testé au Kino, mais sorti pour Cannes puis exploité au Kino... mais n'est pas né à l'initiative directe de Pinton ou autre.

Un autre exemple plus récent avait été pour un film de Corneau "Fort Saganne" pris trop tardivement en exploitation suite à de trop grands succès avant. Il me reste une correspondance fort peu aimable du distributeur indiquant que Pierre Pinton devait honorer ses engagements (avec lui, c'était souvent -même toujours - du verbal) pour une copie 70mm qui avait coûté un bras minimum au distributeur et faite spécialement pour le Kinopanorama. Pierre était un homme de parole, il a honoré ...à minima Cool Il y a eu aussi "Au nom de tous les miens", qui a donné lieu à quelques tracas ...
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 505
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Ven 31 Juil 2009 23:39    Sujet du message: Répondre en citant

Merci LenKinap pour cette réponse,

Je n'ai pas souvenir d'avoir été gêné par l'image granuleuse, pour "Orfeu negro"; je l'avais vu en 35mm à sa sortie.
Ce travail de spatialisation du son me fait penser à un autre film qui aurait mérité ce traitement.
"Santo Modico" de Robert Mazoyer a été tourné en Super Technirama 70 et je ne crois pas qu'il soit jamais sorti à Paris (en province, oui). La musique est du même type que celle d'"Orfeu", sur lequel Mazoyer a d'ailleurs travaillé. Imdb indique que le son est mono: je croyais que la stéréo 6 pistes faisait partie des spécifications du ST70.
Je viens de revoir "Spartacus" tourné dans ce format; l'image est médiocre mais le son est stéréo.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Dim 02 Aoû 2009 19:49    Sujet du message: Répondre en citant

Si, elle a un grain énorme et c'est du tilt & scan. Donc effectivement pas géniale pour des puristes, le son reste en parfait état.

Pour Desna, le titre est "Desna enchantée" effectivement. Le titre donné est celui du commentaire (Un fleuve, une vie). Copie qui elle aussi existe toujours, en Sovcolor donc pas virée. Mais ça passionne encore moins de gens ...

Je vais compléter: Avant la purge faite par feu Sovexport devenu Arkeion qui ne souhaitait plus stocker des copies à Bois d'Arcy à grands frais, ils n'ont conservé que quelques titres 70mm "importants" et en très bon état. Le reste s'est retrouvé en recyclage théorique, mais a terminé en partie sur le marché officieux de la collection privée. Je sais que quelques films DEFA, LenFilm ou Mosfilm sont dans les mains de quelques collectionneurs très peu partageurs.

C'est totalement illégal sauf si le distributeur et les ayant-droits du films signent avec le récipiendaire un contrat de non-exploitation commerciale. Ce qui a été mon cas, pouvant facilement stocker et conserver dans de bonnes conditions des copies en province aussi volumineuses que Guerre et Paix, Libération, Anna Karénine, Les Tziganes, etc... Ce qui demande un lieu (chambre froide de boucherie adaptée) et du bon relationnel entre la France et feu l'URSS.

Donc des éléments rares sont toujours disponibles pour vision et peuvent même être exploités en repassant par le distributeur. La bande son du DVD fait spécialement pour l'Allemagne vient de la copie Française en VO et est beaucoup moins "aquatique" que celle de Ruscico issue d'un duplicata sepmag 35mm magnétique sur-restauré. Tout comme les films "triple écran" qui sont disponibles vérifiés, synchronisés et qui ont toujours été refusés à Bradford (pour des raisons politiques, techniques ou d'organisation) et rebutent les deux autres salles US pour des raisons de coût de transport (Seatlle principalement semblait plus ouvert, le Dome a passé une bobine de test de Tournants Dangereux retirée par un couple franco-australien).

Seulement, y compris des salles qui font des festivals de cinéma soviétique, les exploitants ne veulent pas payer le transport, l'assurance et n'acceptent pas le passage en double poste, impératif avec des copies 70mm si rares. Ce y compris la cinémathèque même si tout espoir avec eux n'est pas perdu...

Pour Guerre et Paix, ils n'ont accès qu'à la copie 70mm VF du Gaumont Palace (tronquée) et à la copie merdique d'Arkéion en 35 optique mono qui m'avait fait faire un scandale à l'Arlequin.

D'autres comme Fureur, Goya et quelques courts sont encore là, mais couvées par leur(s) dépositaire(s) - illégaux le plus souvent- qui se foutent du tiers comme du quart du cinéma soviétique. Leur seul but étant d'avoir du 70mm "à couver" et d'en donner à bouffer à leurs vieilles chignoles de chez Philips devant lesquels ils font une génuflexion chaque soir. C'est agressif, mais deux ou trois me gonflent sévèrement et certains sont des voleurs* ...

Je pense que le Cinéma à Grand Spectacle soviétique reste à redécouvrir, il a paradoxalement donné beaucoup moins de navets que le 70mm US qui a été assez prolifique dans ce domaine (les derniers films pour Cinerama sont à 80% peu regardables ou nuls). Mais comme la culture devient instantanée et que peu de monde - sauf quelques rares amateurs - apprécient l'œuvre d'un Bondartchouk ou d'un Talankine, je pense que ces copies ne seront jamais plus projetées en public. Sauf si la cinémathèque casse sa tirelire pour un transport Wink Qui sait ....

* j'attends toujours des restitutions de films annonces,essais, pubs mis de coté à la fermeture du Kino et de mes boucles SMPTE de la part de l'un d'entre eux. D'autant plus sympa que je lui ai fait avoir un rack d'ampli Stanford (6 éléments) pour ... rien !!! Même pas merci ..
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 505
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Dim 02 Aoû 2009 22:21    Sujet du message: Répondre en citant

A toutes fins utiles (car je ne crois pas l'avoir vu mentionné sur ce forum), une liste de tous les films soviétiques en 70mm (à part ceux en 3D) est fournie dans l'excellent livre "Wide Screen Movies" de Carr & Hayes (éd. McFarland) que j'avais trouvé en 1988 à Paris chez "Contacts".

Certains de ces films sont sortis aux USA, les dates sont fournies: il est question d'un problème économique dû aux syndicats américains qui obligeait les exploitants à utiliser davantage de personnel pour le 70mm...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Lun 03 Aoû 2009 8:59    Sujet du message: Répondre en citant

Si le Car & Hayes a le mérite d'exister, il est rempli d'erreurs ce qui a nécessité la publication d'une série de correctifs sur le web. Et c'est encore très loin de la perfection, aussi bien sur le plan technique que sur le plan filmographie.

G. Loisiel a rédigé (ou le rédige encore) un ouvrage en français sur tout ce qui est sorti en "écran large", du scope au Cinerama. Je l'ai aidé à recouper la partie "Bloc de l'Est" (hors RDA) et nous arrivions à plus de 250 films LM et MM 70mm, hors courts. Si on y ajoute la 3D StereoVision, on va encore plus loin. Les recherches furent réalisées avec l'aide du GosFilmoFond et des studios qui ont tourné avec ces matériels (essentiellement LenFilm et MosFilm, mais aussi des studio de dessin-animés). Dont une caméra 70mm légère de moins de 3K qui a servi pour de très nombreux films, dont des séquences de parachutes pour "Rien que des filles dans le ciel" ou les scènes de déboulé dans "Guerre &Paix".

Je pense que l'URSS et les pays satellites sont ceux qui ont produit le plus de 70mm natif et très peu de gonflages. Ceci allant du premier Kinopanorama 70 (anamorphique avec doubleur séparé 9 pistes), du Kinopanorama 70 avec 6 pistes portées et une sorte de Perspecta pour la répartition des ambiances enfin du SovScope sphérique 70 qui ne portait plus que les six pistes équivalentes au 70mm US.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Dominique



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 354
Localisation: Banlieue ouest Paris

MessagePosté le: Lun 03 Aoû 2009 21:19    Sujet du message: Répondre en citant

Passionnant comme toujours LenKinap.

Desna (vu à la cinémathèque du trocadéro) et Guerre t paix (vu au Kino) font partie de mes grands souvenirs...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Lun 03 Aoû 2009 22:37    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Dominique,

J'ai proposé Guerre et Paix il y a peu en copie VO (avec la cession,Arkeion peut toujours utiliser la copie s'il le souhaite). Par charité, je ne vais pas citer la salle (une des rares encore équipée en 70mm double poste). Les 488 € HT de transport Limoges-Paris (et retour), des conditions supplémentaires d'assurance un poil chargées pour leur police courante et surtout l'absence d'assurance d'avoir un retour sur investissement ont fait que NIET. Et les conditions distributeur étaient royales pour du 70mm ...

La copie est totalement en état, neuve à 85 % (seule la seconde époque de la première partie a une rayure et un "plop-plop' de 2 secondes sur la piste centrale. Elle est protégée par des capteurs d'acide acétique, stockée mieux qu'à Bois d'Arcy et "FilmGuardée" une fois l'an... Et tu vois, même comme ça c'est non !!!

Alors elle tourne pour quelques "spectateurs amis" une fois par an et chacun me dit qu'à chaque fois c'est un choc visuel. Le repiquage du pistage magnétique a été fait - à partir de cette copie - par des Allemands pour sortir un DVD plus digne que celui de Ruscico (prise de son faite à la Cinémathèque de Toulouse sur des Teacon neuves... du Kinopanorama). L'image vient du même duplicata 35 scope de Mosfilm (très critiquable en lui même), ils ont en plus appliqué une colorimétrie très US, agressive, et il lui manque ce charme lavis du SovColor (quelques copies furent tirées en Estman). Le son reste à des années lumière du "boum-boum aquatique" du DVD international Ruscico.

Malheureusement, un tirage DVD ne se fait pas à partir d'un positif de série 70mm et celui disponible chez-moi est sous -titré. Tout existe encore en Russie pour refaire des tirages à partir du négatif orginal 70mm, retrouvé et regroupé par le fils Bondartchouk. Seul le matériel de tirage est inexistant pour prendre en charge du 70mm négatif (et pas du 65) et les sous ne sont pas là. Donc "Guerre et Paix " est un film que l'on peut considérer en 70mm comme perdu ...
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Dominique



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 354
Localisation: Banlieue ouest Paris

MessagePosté le: Mar 04 Aoû 2009 0:44    Sujet du message: Répondre en citant

Comme beaucoup d'autres...

En tous cas bravo pour ton oeuvre de sauvegarde, même si elle ne semble servir à rien pour l'instant. Qui sait ? Si on gagne au loto... Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Mar 04 Aoû 2009 22:31    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir Dominique,

Nous parlions de tout ceci ce soir avec Serge Marie, que tu connais. Franchement, comme le stockage à Ormoy ou à Limoges ne coûte rien ou presque, on va laisser les choses en l'état. Ce qui est couillon, c'est que des copies projetables dorment sans pouvoir montrer leur potentiel. Le gros avantage du Sovocolor (Svema ou Orwo), c'est qu'il reste projetable, sans virage significatif (un peu au vert) ET que le support acétate reste solide. En plateaux, un film en 70mm comme "Guerre & Paix" en première partie charge à bloc un Kinoton, sans garantie qu'à la fin tu ais une copie sortie "clean". Donc prudence....

Pour en revenir au Kinopanorama, nous avons passé un temps dingue à entretenir, vérifier et synchroniser les copies. J'ai proposé deux copies à titre gracieux à Bradford, sous réserve de pouvoir contrôler l'alignement des chronos, le montage et les essais. Ce qui demandait tout au plus la présence de deux personnes (hébergement+frais de transport, nous transportions le copies) pendant deux jours. Mais ces crétins sont "US addicts" alors que je pense que '2 heures en URSS", hormis l'idéologie toute aussi discutable que celle que "Place au Cinerama" véhicule, est tout aussi visible.. Mais le réalisateur (Roman Karmen) vaut largement ceux qui ont contribué à l'œuvre américaine.

Et bien tu vois, même ça c'est trop car ce milieu est trusté pas des gens qui possèdent un égo démesuré et qui sont de vrais imbéciles bornés . Ils préfèrent voir un "Windjammers" dans un état lamentable ou les "55 jours de Pékin" en copie digne pour terminer à la poubelle (ce qui a donné une larme à l"œil à son "pseudo-propriétaire-emprunteur") que de prendre le temps de comprendre que l'écran large ne s'est pas fait qu'à l'Ouest.

Je suis très (trop) méchant en ce moment avec ça, Denis peut me censurer, c'est à la limite des règles du forum. Mais je commence à en être fatigué et à me rendre compte que nous agissons comme Dom Quichotte, mais dans un milieu qui normalement devrait être ouvert. Et là, nous sommes devant des moulins à vent, dans tous les sens de la formule. Il n'y a qu'à lire le rapport de Hauerslev qui a zappé tous les films soviétiques du festival 70mm de la dernière Berlinade (sauf un où il devait avoir copieusement "houblonné" avant, car pour s'emmerder devant 'Dnevnye zvyozdy' (Star d'un jour) de Talankine). Donc cause perdue et houblon gras pour paraphraser une gentil film ...
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 505
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Mer 03 Fév 2010 1:26    Sujet du message: Re: Le Kinopanorama - Reynald Bassi présente - Chptre 14 Répondre en citant

LenKinap a écrit:
"Pierre Pinton aux commandes, avec Reynald Bassi"


1 - La situation fin mars 1974 et la remontée.

La salle rouvre le 16 octobre avec "Kid Blue" pour cinq semaines (23 086 entrées, une moyenne de plus de 4600 entrées hebdomadaires).


J'étais présent ce 16 octobre pour KID BLUE, malheureusement j'ai égaré mes notes et je n'ai pas de souvenir: en quoi consistait la rénovation de la salle ?
_________________
Le cinéma, c'est un sport. (Georges Méliès)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 633

MessagePosté le: Mar 09 Fév 2010 22:33    Sujet du message: Répondre en citant

Changement des fauteuils de l'orchestre probablement. Surtout remise à niveau de toute la partie sonore laissée dans un état lamentable par UGC. Comme les pièces n'étaient pas simples à trouver, R Bassi avait opté pour une partie HF écran d'origine US ElectroVoice Sentry IV B en remplacement de moteurs Kinap 1A16 d'origine. Pas génial ... Plus de bande passante en HF, mais un son moins fin. La régie avait été aussi revue en symétrisant les entrées des amplis pour les rendre moins sensibles aux perturbations induites par les lanternes Zenith (transfos LEM)
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
totto



Inscrit le: 12 Fév 2010
Messages: 1

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2010 16:28    Sujet du message: Répondre en citant

LenKinap a écrit:
Changement des fauteuils de l'orchestre probablement. Surtout remise à niveau de toute la partie sonore laissée dans un état lamentable par UGC. Comme les pièces n'étaient pas simples à trouver, R Bassi avait opté pour une partie HF écran d'origine US ElectroVoice Sentry IV B en remplacement de moteurs Kinap 1A16 d'origine. Pas génial ... Plus de bande passante en HF, mais un son moins fin. La régie avait été aussi revue en symétrisant les entrées des amplis pour les rendre moins sensibles aux perturbations induites par les lanternes Zenith (transfos LEM)


merci pour ces précision jn Wink

hs on
bise a yvette qui nous a bien fait rire...,,

hs of
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Silver Screens Index du Forum -> Salles - vos articles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com